Biographie

Image biographie Lisa Angell

Lisa Angell – Frou-Frou 

On ne va pas toujours traduire de la même manière les mots anglais qu’emploient les professionnels de la musique. En l'occurrence, s'il fallait traduire « tracklisting », on dirait « patrimoine ». Car ce que chante Lisa Angell sur l'album Frou-Frou nous est forcément familier : L'Accordéoniste qu'a créé Édith Piaf, Trois petites notes de musique et Sous le ciel de Paris que Juliette Greco chanta avec tant d'élégance et de charme, L'Âme des poètes de Charles Trenet, J'ai deux amours que Vincent Scotto composa pour Joséphine Baker... Une quinzaine de chansons éblouissantes que Lisa emporte de sa voix si chaude et expressive, et qui nous confirment qu'elle appartient à cette famille tant aimée des interprètes d'exception.


Pour cette plongée dans la mémoire de la chanson, Lisa Angell s’est associée à un producteur et arrangeur à la culture encyclopédique, Régis Ceccarelli, que l’on a notamment entendu avec Alain Souchon, Abd Al Malik, Françoise Hardy ou Benjamin Biolay… Lisa raconte : « Quand on a décidé de faire un album autour des chansons de la  femme des années 30, 40 et 50, j’ai aussitôt demandé à ma mère, qui m’avait donné l’amour de la chanson française quand j’étais enfant. Elle m’a suggéré Domino, Sous le ciel de Paris, L’âme des poètes… » La mère du producteur Régis Ceccarelli intervient aussi et invite à se pencher sur la personnalité hors norme de Suzy Solidor, immense interprète devenue icône gay. Lisa chantera deux très troublantes chansons d’elle, Sous tes doigts et Congo.

Ce sont les mélodies qui guident ses choix. « Je suis naturellement attirée par les accords mineurs, les chansons mélancoliques voire tristes. Cela tient peut-être à mon passé qui n’a pas toujours été facile. J’étais pudique devant la gaieté. Et Régis m’a dit : « Tu es dynamique et rigolote dans la vie, et on ne l’entend pas. » Alors je me suis lâchée. » Lisa Angell chante donc Avec son tralala, la légendaire chanson de Suzy Delair dans le film Quai des Orfèvres, ou débarbouille le vénérable Frou-Frou de la Belle Époque en lui donnant des couleurs de mambo.

Toutes ces chansons appartiennent à ce répertoire poli par le temps, qui émeut tous les Français et, irrésistiblement, éveille mille heureuses nostalgies chez chacun. Lisa avoue : « Je connaissais tous les refrains mais j’ai fait parfois des découvertes comme Ce petit chemin, dont je ne savais pas combien les couplets sont beaux. » Et elle nous révèle avec un plaisir généreux les fruits de cette exploration du patrimoine.

Cette envie de donner à entendre des belles chansons avec le même plaisir qu’elle a eu elle-même à les découvrir, c’est vraiment la passion de Lisa, et certainement le secret de sa cote d’amour auprès du public. Car chacun connaît le conte de fée qu’a vécu Lisa Angell après trente ans de piano-bar et de désillusions. Tout était parti dans des malles vers Macao où son mari allait travailler sur The House of Dancing Water, un show de Franco Dragone. Tout était déjà parti : sa famille, ses meubles, ses costumes de scène, ses espoirs de carrière… C’est alors que Patrick Sébastien l’invite dans Les Années bonheur. Elle chante J’ai besoin de parler de Ginette Reno dans un tee shirt orné d’un papillon que lui a prêté sa sœur. Des millions de téléspectateurs sont estomaqués par la puissance et par la ferveur de sa voix. Le lendemain, Patrick Sébastien appelle Polydor. Lisa Angell est signée aussitôt. À quarante-trois ans, une nouvelle vie commence. Les albums Les Divines en 2011 et Des mots… en 2013, de superbes apparitions télé, de grosses émotions sur scène…

L’école du piano-bar et de la sincérité immédiate, ça a du bon : l’album Frou-Frou s’est réalisé très vite, au studio Badabing de Régis Ceccarelli. « J’ai enregistré mes voix en trois jours et les musiciens ont jouée live. » Elle désirait que l’accordéon soit tenu par l’époustouflant Lionel. Suarez, qui l’avait accompagnée pour L’Accordéoniste dans Les Chansons d’abord.

Après deux albums semés de performances vocales impressionnantes, elle a travaillé sur l’émotion, sur le dépouillement, sur la limpidité : « Je n’ai pas voulu que les chansons soient sur-orchestrées, les orchestrations ont été au service de la voix et la voix au service de la musique. » Régis Ceccarelli a réalisé des arrangements pudiques, animé par le même amour qu’elle pour ces chansons de belle mémoire. Une nouvelle aventure pour Lisa, et une nouvelle ivresse pour ces chansons.